Couvre-feu : coup de grâce pour le spectacle vivant

Prenant acte des annonces de M. le Président de la République du mercredi 14 octobre, la fédération d’artistes Grands Formats s’alarme des conséquences catastrophiques pour tout le secteur artistique et culturel français de la mise en place de couvre-feux, entre 21h et 6h, dans huit métropoles françaises.

Déjà lourdement impacté par la crise de la Covid-19 – annulations, reports, salles fermées, jauges réduites, protocoles sanitaires stricts, demandes récurrentes de tests PCR pour les engagements à l’étranger (…) – nous déplorons que notre secteur soit une fois de plus l’un des grands sacrifiés des décisions politiques.

Nous contestons la réduction de l’activité artistique et culturelle à une « aspérité » et demandons à ce que nous aussi, nous puissions « protéger {notre} emploi ».

Nous soutenons la nécessité d’aménagements pour le spectacle vivant durant la période du couvre-feu. Si les protocoles sanitaires stricts appliqués dans les théâtres et les salles de concert ont prouvé leur efficacité, l’horaire de 21h pour les couvre-feux ne permettra quasiment aucune programmation en semaine.

Si nous saluons les mesures d’urgence et les fonds de secours mis en place cette année, notamment ceux en direction des compagnies et des artistes, nous rappelons néanmoins les difficultés de mise en œuvre et d’obtention de ces aides pour bon nombre des équipes artistiques et insistons sur le fait que ces mesures ne pourront jamais remplacer la vie artistique et la tenue des concerts.

Avec le couvre-feu, ces mesures ne seront pas suffisantes. Il en faudra de nouvelles si l’on ne veut pas étouffer totalement les artistes et le secteur du spectacle vivant : au vu de la tournure que prend l’automne et l’année 2021, la demande d’une extension de « l’année blanche » au-delà du 31 août 2021 pour les intermittent·e·s du spectacle nous apparaît comme une nécessité.

Nous demandons aujourd’hui une considération à la hauteur du rayonnement culturel et du poids économique et social de notre secteur, afin que la décision prise d’instaurer un couvre-feu ne condamne pas plus lourdement les artistes et le spectacle vivant ainsi que toutes les populations qui en bénéficient.

Grands Formats

Photo : Francis Montoro


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *