Tribune de février

Tribune de février

On le voit bien. Autour de nous, tout bouge, fourmille, s’organise, se croise afin de vivre différemment. Lieux autogérés, collectifs, fédérations… Les façons de “mettre en commun”, de “faire ensemble” sont légion. Grands Formats est un exemple de ces espaces, parmi d’autres : lieu de réflexion, outil de défense, territoire d’action, moyen de construction de nos ensembles.

Surnatural Orchestra, orchestre à gestion collective depuis sa création, ne peut que se réjouir de l’ouverture de Grands Formats aux collectifs artistiques, quels qu’en soient leurs contours et leurs fonctionnements, aussi singuliers qu’indispensables à une diversité de formes, de contenus, de modes de pensée collective.

vivre différemment / mettre en commun / singuliers / diversité / mélange / tendre l’oreille

La fédération des Grands Formats est une fédération qui regroupe des musicien.ne.s. Ce faisant, elle mélange, par essence, des façons de faire de la musique, de voir le son, de l’entendre, de l’appréhender, et de l’organiser. Nous pouvons lire des chemins qui sont politiques dans la manière que nous avons les un.e.s et les autres, d’organiser les sons. Il est d’ailleurs entendu que ne pas les organiser du tout est également construire/composer, comme il est entendu que l’improvisation est le fruit d’une intelligence collective.

Ainsi, faire de la musique c’est faire du sens. Et l’articulation éternelle entre ce que nous faisons et le contexte dans lequel nous le faisons, la manière avec laquelle nous prenons la parole, chantons, improvisons, nourrit notre chant, notre improvisation et nos compositions.

Alors comment continuer à prendre des risques dans la musique autant que certains prennent des risques face à l’ogre social établi ?

espaces / chemins / risques / l’espace /nombreux / alternatives / exister, chacun /espace

Qu’apportent les vents de la révolte à nos musiques que l’on dit « créatives » ?

Écrire de la musique est un geste qui influe, un attentat au temps qui passe, et ce geste peut renverser des schémas de pensée entiers.  Car, écrire/jouer de la musique ensemble force à tendre l’oreille avant tout autre chose.

Comment construire ensemble l’espace, le territoire ou la situation, qui fera résonner la musique pour ce qu’elle est ?

Se (ré)approprier des espaces, voilà ce dont nous avons le plus besoin. Ces dernières années ont été marquées par le sceau de l’hégémonie, de la masse : chercher à se mettre d’accord, à convaincre, pour avancer tous dans le même sens, “si tu n’es pas avec, tu es contre”, imposer une façon de penser, rapetissant ce monde, rendant tous les espaces étroits. Ce dont nous avons besoin c’est d’espace : d’élargir, d’agrandir les possibles, de s’ouvrir aux divergences, de fragmenter, ne pas être d’accord et trouver l’espace d’en parler, de vivre ensemble, joyeusement. C’est par la diversité, la divergence, les multiples alternatives, choix, possibilités que le monde reste riche.

Allons discuter sur les ronds-points, sortons de nos prisons dorées, changeons d’espace, laissons nos snobismes derrières nous et mettons ces gilets qui ne veulent dire qu’une chose : laissez-nous exister, chacun.

Battons-nous pour défendre un art sans étiquette, divers, accueillant, non rentable, audacieux donc contagieux.

Avec 82 membres français et européens, continuons à nous rassembler (trop) nombreux dans un souci permanent d’accueil et de renouvellement, pour créer/jouer de la musique. 

Surnatural Orchestra

Il n'y a pas encore de commentaire, soyez le premier

Laissez un commentaire



Les articles

Suivez la fédé

© 2015 Grands Formats - tous droits réservés -