Pourquoi Grands Formats ?

Pourquoi Grands Formats ?


Grands Formats est né en 2003 à l’initiative d’un groupe de chefs d’orchestres et sa création résonne comme un manifeste.
Ses membres l’expriment avec force : la musique en grand est une nécessité, un art majeur où la liberté et la créativité de chacun s’expriment pleinement et collectivement.

Grands Formats se veut force de proposition face aux nombreux obstacles qui sont le lot du jazz en grande formation : difficultés d’organisation des concerts, lieux de répétitions improbables, financements fragilisés, absence de débouchés pour des musiciens de plus en plus nombreux, système social régulièrement remis en question, réseau de salles de spectacles qui n’accorde qu’une place limitée à ces musiques et qui ne permet pas un accès facile aux publics.

Or les grands ensembles sont des outils de création uniques mais aussi des lieux de vie où se confrontent les idées et où se transmettent les savoirs. Ils sont caractérisés par l’incroyable diversité artistique de leurs répertoires, leurs compositeurs, leurs interprètes, leurs langages et leurs pratiques. Ils sont à l’origine d’échanges féconds et portent dans leur rapport au monde la prise de risque et l’imagination comme valeurs essentielles. Il y a une appétence à écrire et jouer en orchestre et une nécessité à se réunir pour réfléchir ensemble à des problématiques communes, tout cela malgré un contexte économique tendu. La grande formation est belle et bien vivante !

Les moyens d’action :

 

> Une équipe permanente composée d’une déléguée générale et d’un chargé de communication et du pôle ressource

> Un conseil d’administration de 13 membres, réélu par tiers tous les ans, qui se réunit tous les mois et participe à des groupes de travail thématiques

> Un lien constant avec les membres via un forum, deux assemblées générales chaque année et des groupes de travail thématiques qui permettent leur contribution aux réflexions et travaux de la fédération

> La fédération est soutenue par le Ministère de la Culture (DGCA), le Centre National de la Chanson, de la Variété et du Jazz (CNV), l’ADAMI et la SACEM. A ces ressources s’ajoutent les cotisations des ensembles membres, dont les montants sont définis en fonction des budgets de chacun.

© 2015 Grands Formats - tous droits réservés -