Edito Septembre

Edito Septembre

       Septembre… On a encore du soleil plein les yeux, des souvenirs de vacances plein la tête.

Quelques semaines où l’on a vécu un peu autrement, où l’on a pris le temps de faire ce qui nous tenait à cœur, où l’on a refait le monde, encore et encore. Alors on rentre chez soi et l’on est bien décidé à ne plus laisser faire ce qui empêche le monde de tourner comme il le devrait.

Face à ces résolutions, le retour au quotidien avec ses actualités brûlantes nous revient en pleine figure, avec de nouveaux obstacles à prendre en compte dans les plans qu’on a échafaudés. On n’a pas oublié le contexte économique délicat dans lequel on se trouvait et l’absence de visibilité concernant les choix qui seront faits par le ministère de la culture qui se veut pourtant rassurant sur le maintien de son budget en 2018. On n’a pas oublié non plus les annonces concernant la forte diminution voire la disparition des contrats aidés qui, selon le ministère du travail n’auraient pas d’effets positifs sur l’emploi sur le long terme mais qui, dans les faits, constituent un tremplin pour de très nombreuses associations de notre secteur, un facteur essentiel de structuration de nos très petites entreprises. On a suivi avec beaucoup de questionnements, de scepticisme, voire de colère les annonces relatives aux nouvelles dispositions de la loi travail. Après avoir apporté notre contribution à la réflexion en cours, nous attendons plus de précisions sur le projet de « Maison Commune » qui, contrairement à ce que de nombreux acteurs du secteur privé ont cherché à faire croire, ne fait pas l’unanimité. Nous avons entendu et nous positionnons aux côtés des musiciens indignés de voir baisser les moyens d’un festival tel que le Paris Jazz Festival, dont la Mairie de Paris semble peu à peu se désintéresser alors qu’il est porteur d’une incroyable histoire musicale, riche des petits et des grands formats qui s’y sont succédés, et que les publics en redemandent.

Et malgré tout cela, la mobilisation reste forte.
Des grands ensembles, jeunes ou beaucoup plus expérimentés, se bousculent encore au portillon pour rejoindre la fédération. Avec des questions, des inquiétudes, mais surtout une furieuse envie de jouer et de développer leurs projets artistiques. Ils sont tellement nombreux qu’on a décidé d’ouvrir une cession d’entrée supplémentaire cette année pour leur permettre de nous rejoindre dès octobre. Fin septembre, nous serons plus de 50 grands ensembles fédérés !
Alors puisque c’est notre musique que nous voulons défendre, réagissons en musique ! Fin septembre, chacun d’entre vous est convié à l’édition 2017 de la Rentrée GRANDS FORMATS. La Rentrée, c’est une cinquantaine de concerts en grande formation un peu partout en France entre le 21 septembre et le 31 octobre, 200 musiciens sur scène et plus de 7500 spectateurs attendus. Pour lancer les festivités, GRANDS FORMATS a monté un partenariat avec la Scène Nationale de St Quentin-en-Yvelines autour de ces grands orchestres et leurs incroyables possibilités sonores. Print & Friends de Sylvain Cathala, Fred Pallem & Le Sacre du Tympan ainsi que Le Very Big Experimental Toubifri Orchestra seront mis à l’honneur et se relaieront sur scène pour vous permettre de vivre l’expérience unique de la musique en grande formation. L’occasion aussi de rencontrer les artistes en tête à tête pour échanger autour de leurs recettes secrètes…

Bonne rentrée à tous !

 

Grands Formats

Il n'y a pas encore de commentaire, soyez le premier

Laissez un commentaire



Les articles

Suivez la fédé

© 2015 Grands Formats - tous droits réservés -