Le blog de la fédé - Page 28 sur 30

Le 19 avril prochain à Meudon, la Boutique du Val, nous recevons un invité : Fred Maurin. Il sera présent pour une conférence où aura lieu une discussion avec le public sur son grand format.

Un chef d’orchestre nous dévoile les recettes de son grand ensemble.

« Au fil des créations nous nous résolvons à arrêter d’essayer d’affilier Ping Machine à un genre musical. On parlera d’énergie, de puissance, et puis bien sûr d’émotions.»

Ce grand ensemble de 15 musiciens arrive aujourd’hui à maturité artistique avec des compositions musicales exigeantes et une interprétation pleinement maîtrisée. Dans ses nouvelles compositions, Fred Maurin n’hésite pas à transporter l’auditeur au coeur d’une architecture musicale pleine de poésie et de contrastes.

Le lien entre le jazz et la musique populaire d’une part et la musique contemporaine d’autre part, a toujours été très fort et a permis de nombreuses évolutions.
C’est dans cette recherche permanente que Ping Machine prend plaisir à jouer en repoussant les règles : explorations mélodiques et harmoniques, utilisation de techniques d’écriture spectrales, développement microtonaux ou sériels, confrontations de blocs de sons, imbrication de l’écriture et de l’improvisation, le tout porté par une véritable énergie rythmique.
L’auditeur se trouve ainsi projeté au sein de véritables suites d’images-sonores propices à l’évasion.
Les musiciens de Ping Machine sont devenus à la fois de solides musiciens d’orchestres et également des solistes de premier plan. La dimension collective et la générosité musicale de chacun des membres libère une émotion et une énergie qui permet un véritable lâcher prise pour les solistes aussi bien sur scène qu’en studio. Ensemble, ils proposent une musique à la fois radicale, entière et passionnée, en n’oubliant jamais le plaisir des auditeurs et en leur permettant de percevoir, à travers l’apparente complexité de la matière sonore, ce qui existe derrière le son. »

10 Mar 2017

Tribune Libre

Et voilà le printemps !

Entre l’affaire « Théo » et le Pénélope Gate, ces dernières semaines ont été marquées par un triste spectacle médiatique, aggravant un climat de défiance et de déception vis-à-vis de nos élus et des forces de l’ordre, deux figures dont l’intégrité aurait semblé indispensable au bon fonctionnement de la démocratie. Ces deux affaires auront eu peut-être pour seule vertu de replacer avec urgence la « chose publique » au coeur de nos discussions, notamment entre musiciens (ce qui à mon sens manquait cruellement).

En tant qu’artistes, quelle est cette place et cette fonction que nous occupons, que nous souhaiterions occuper? À qui veut-on faire parvenir notre musique, notre expression? À travers les concerts (publics ou privés), nous avons de plus ce privilège de pouvoir circuler activement entre les classes sociales, peut-être comme aucune autre catégorie professionnelle, et je crois que nos prises de positions en sont d’autant plus nourries.

Pourquoi cette question de l’engagement est-elle entre nous un sujet si tabou ? La politisation du milieu du jazz, qui marquait les années 60-70, semble aujourd’hui marginalisée, quand bien des musiques que nous admirons et qui nous ont peut-être poussés à devenir musiciens se sont construites en lien étroit avec des mouvements de revendications (blues, punk, jazz, rebetiko,…)

J’appartiens à une jeune génération de musiciens qui a l’impression de n’avoir rien connu d’autre qu’un contexte professionnel dit de « crise ». Peut-être de ce fait, notre rapport à la politique, en lien avec nos pratiques ou dans une vision globale de la société, alterne plus facilement de l’indifférence à la sidération, de l’indolence à la gravité, avec une certaine discontinuité.

Mais notre volonté, notre besoin de rêver en orchestre ne tarit pas, et cette année encore de nouveaux orchestres amis de la jeune génération nous ont rejoints. Le travail des uns pour les autres, la solidarité et la fraternité entre les musiciens apparaît plus que jamais nécessaire pour la vie de nos projets.

 

Il y a presque un an nous avons vécu de manière concomitante deux mobilisations cousines et massives. La première autour de la refonte du régime de l’intermittence, qui révélait une fois de plus la vision réductrice et négative d’une partie de la société française concernant les « intermittents », mais aussi la faible participation de musiciens aux mobilisations, pourtant aussi concernés que leurs collègues cinéastes, comédiens, techniciens et danseurs, qui fournissaient les réunions et les manifestations. La deuxième, cristallisée autour du mouvement contre la loi travail, qui a accouché du mouvement Nuit Debout : « lieu de réappropriation citoyenne du débat démocratique et de convergences des luttes » occupant singulièrement les places publiques et donnant lieu à un espace d’échange nouveau.

On connaît le destin fragile et mitigé qu’ont eu ces deux mobilisations. Tirons-en les enseignements pour qu’à défaut de soleil, le printemps qui arrive soit comme le dernier, au moins le nôtre.

 

Grégoire Letouvet – Les Rugissants

La Fédération Grands Formats est heureuse d’accueillir en ce début d’année 4 nouveaux membres qui de par leurs palettes de jeux et leurs expériences viennent ajouter à la diversité des esthétiques, des imaginaires et des générations représentées au sein de la fédération. On vous propose sur notre blog un zoom sur chacun d’eux afin de découvrir leur univers…

Un bienvenue chaleureux aux ensembles WANDERLUST dirigé par Camille DURAND, KELIN-KELIN’ ORCHESTRA conduit par Brice WASSY et Jean-Jacques ELANGUÉ, THE HEADSHAKERS conduit par Pierre-Yves LANGLOIS et PANORAMIC PROJECT de Léo JEANNET !

L’association se réjouit aussi de voir son projet s’agrandir et accueille une deuxième personne au sein de son équipe. Odilon CORBY rejoindra Grands Formats dès la fin du mois. Il sera en charge de la communication mise en place par la fédération ainsi que de la nouvelle structuration de notre pôle ressource. Une arrivée très attendue afin de pouvoir lancer tous les chantiers qui nous démangent…

Grands Formats

Le 13 et le 14 janvier prochain, l’ensemble Pee Bee – conduit par Gary Brunton et Claudio Pallaro – présentera sa nouvelle création “La Dolce Vita” aux Gémeaux, la Scène Nationale de Sceaux (92). L’occasion de mettre un coup de projecteur sur un lieu qui s’engage aux côtés de la fédération. 

Parce que la diversité culturelle passe aussi par celle des formats, la Scène Nationale de Sceaux, dont la programmation jazz a toujours été très généreuse, s’est engagée dans la durée à donner une place de choix aux grandes formations. Un lien qui s’est construit naturellement au fil des rencontres et notamment avec celle du chef d’orchestre et vibraphoniste Franck Tortiller, en résidence aux Gémeaux depuis 2015 et pour une durée de 4 ans. Depuis, c’est aussi Pierre de Bethmann qui a travaillé là-bas à l’automne afin de travailler avec son Medium Ensemble une nouvelle création donnée le 4 novembre dernier. Au printemps 2017, après les représentations du Pee Bee, ce sera au tour de Fred Pallem et de son ensemble, Le Sacre du Tympan, de nous présenter le 1er février leur nouvelle création autour de la musique de François de Roubaix.
Un engagement fort que la fédération Grands Formats tient à saluer haut et fort !

Plus d’informations sur le concert du Pee Bee et les Gémeaux

FOCUS GRANDS FORMATS 2016 – MERCI À TOUS !

Le Focus Grands Formats 2016 c’était le 10 et le 11/11 dernier, en partenariat avec le D’Jazz Nevers Festival ! Merci à tous d’être venus aussi nombreux sur ce temps forts de la fédération pour défendre la diversité des formats à nos côtés !

Pour voir ou revoir le film de la table-ronde et retrouver les dessins de Bernard Chenez réalisés en direct pour cette occasion, rendez-vous sur notre page Facebook !

Quel monde pour demain ?

Il n’a échappé à personne que la dimension culturelle était encore absente des débats de la primaire de la Droite et du Centre, et rien ne nous dit que le sujet sera mieux traité dans les prochaines primaires de la gauche. Il nous appartient donc de contribuer par tous les moyens possibles à la mise en avant des enjeux culturels et artistiques qui nous sont si chers.

L’essentiel du débat des présidentielles portera sans doute sur les réductions des dépenses de l’état. Faut-il y voir l’expression d’une casse sociale et administrative, dommageable pour nombre d’acteurs de notre secteur ? Ou au contraire le besoin de réorganiser les administrations et les collectivités territoriales, c’est à dire faire mieux avec une structuration plus adaptée aux enjeux du moment ?

Et si on changeait de point de vue ? A l’échelle de la planète, et depuis plus d’un siècle, la plupart des organisations ont poursuivi une course à l’efficacité qui n’a eu d’égal que leur volonté de contrôle, jusqu’à asservir les ressources créatives, intellectuelles, émotionnelles, environnementales… Les organisations pyramidales d’hier ont vécu, et les systèmes se sclérosent par manque de créativité. Or, nous voyons fleurir un peu partout de nouvelles solutions innovantes et vertueuses, comme en témoigne Reporters d’Espoirs depuis 2004. Parallèlement, nombre d’auteurs contribuent à l’émergence de nouveaux paradigmes pour les organisations, tels Isaac Getz (« l’entreprise libérée » par l’écoute et la reconnaissance) ou Daniel Pink (« l’homme aux deux cerveaux », ou les ressources de l’émotionnel pour aborder un monde en mutation).

Si le monde d’aujourd’hui demande toujours plus de « souplesse » et de « flexibilité », nous – chefs d’orchestre et collectifs de Grands Formats – porteurs de projets et entrepreneurs dans le noble sens du terme, en sommes précisément des experts, et n’avons pas à en rougir. Nous connaissons les vertus de l’exemplarité et de l’exigence, qui nous confèrent une autorité reconnue (et demandée) par les musiciens de nos orchestres (voir ici l’interview de Ben Webster à propos de Duke Ellington). Nous conjuguons depuis longtemps ce que les organisations (re)découvrent pour assurer la viabilité de leurs projets : le trésor l’Humain, l’auto-organisation, la confiance, le partage des valeurs, l’autonomie, la responsabilisation, l’intelligence collective, le leadership tournant, la valorisation de l’accompagnement …

Nous n’avons pas de leçons à donner, mais nous pouvons témoigner et éclairer sur les vertus d’un modèle collaboratif souple et flexible, dès lors qu’il soit vacciné contre le virus du chacun pour soi. A nous de prendre la parole, haut et fort … !!

Laurent Mignard, Duke Orchestra

Comme Jean-Marie le rappelle dans notre édito, le Focus Grands Formats se déroule cette semaine, le jeudi 10 et le vendredi 11 novembre et chacun y est chaleureusement invité pour fêter le jazz en grand ! Il est encore temps de réserver vos places, notamment pour la table-ronde de jeudi après-midi !

Au programme une table ronde ouverte à tous, le jeudi 10 novembre à 14h30 à la Maison de la Culture de Nevers. Quelques changements étant survenus depuis la publication de notre programme, retrouvez ci-dessous la liste définitive des intervenants.

Et pour découvrir les Grands Formats en « live » nous vous proposons d’assister aux concerts de deux ensembles membres de la fédération : Nautilis, dirigé par Christophe Rocher le jeudi soir à 20h30, à la Maison de la Culture puis Acoustic Lousadzak – Claude Tchamitchian Tentet, le vendredi soir à 18h30 à l’espace Stéphane Hessel.

Le programme détaillé c’est ici !

————————————————————————————-

JEUDI 10/11


TABLE-RONDE
14h30-17h, Maison de la Culture – Nevers
Entrée libre

Circulez, il y a le jazz à voir !

Première activité culturelle des Français, la musique génère 241 000 emplois et pèse 8,6 milliards d’euros. Elle précède le cinéma ou la télévision sur les réseaux sociaux. Les festivals n’ont jamais été aussi nombreux ni les musiciens aussi affutés. Comment expliquer les difficultés à créer, produire et diffuser le jazz et les musiques improvisées ?

Modération : Arnaud Merlin / Synthèse : Ludovic Florin / Illustrations live : Bernard Chenez

En présence de Claude Tchamitchian (Acoustic Lousadzak), Christophe Rocher (Nautilis), Franck Tortiller (Orchestre Franck Tortiller), Fred Maurin (Ping Machine), Pierre-François Roussillon (Théâtre 71 Malakoff), François Claude (Scène Nationale de Châteauroux), André Cayot (DGCA – Ministère de la Culture), Juliette Rouillon-Durup (DRAC Bourgogne Franche-Comté), Véronique Lorans (Adjointe Culture, Ville de Nevers), Jean-Pierre Devillechaise (Vice-Président Culture, Agglomération de Nevers) et Denis Pellet-Many (Directeur de la Culture, Conseil Départemental de la Nièvre).

Une collation sera servie à l’issue de la table-ronde afin de partager un moment convivial.

CONCERT
20h30 – 1ère partie – Maison de la Culture – Nevers
Tarifs : de 10 à 25 euros

 NAUTILIS
« Regard de Breizh »
Direction : Christophe Rocher
Nautilis joue la Bretagne de Guy Le Querrec, avec une musique mouvante, comme un reflet à l’œuvre du photographe, tout en restant fidèle à son propre souffle, libre et généreux.

 

VENDREDI 11/11


CONCERT
18h30 – Espace Stéphane Hessel – Nevers
Tarif unique : 5 euros

ACOUSTIC LOUSADZAK – CLAUDE TCHAMITCHIAN TENTET
« Need Eden »
Need Eden est conçu comme un livre musical, un essai poétique de trois suites instrumentales en trois mouvements, chacune sur un livret original de Christine Roillet.

 

 

Renseignements et réservations


Pour plus d’informations sur ce temps forts et pour réserver votre place pour la table-ronde (entrée libre) contactez-nous 01 40 26 31 36 ou écrivez-nous à ensembles@grandsformats.com

Vous êtes un grand ensemble et vous avez un projet artistique fort dans le domaine du jazz et des musiques improvisées ? Vous souhaitez rejoindre Grands Formats pour défendre le jazz en grand ?
Forte d’un réseau de 43 orchestres, la fédération accueille chaque année de nouveaux membres. Si vous souhaitez rejoindre Grands Formats et participer à son action collective, vous avez jusqu’au 27 novembre pour déposer votre candidature !

Tout ce que vous devez savoir se trouve ici, sur notre blog !

Dans quelques jours, les 10 et 11 novembre, l’événement annuel de la fédération – « Le Focus Grands Formats » – se déroulera dans le cadre du D’Jazz Nevers Festival, sur l’invitation amicale de Roger Fontanel. Chacun y est chaleureusement convié.

Une table ronde s’y tiendra le jeudi 10 novembre à 14h30 à la maison de la Culture, l’occasion d’échanger et peut-être de répondre à quelques questions simples : comment fonctionnent les musiciens, en grands formats ou en plus petites formations ? D’où venons-nous ? Quel est notre ADN ?

Voici quelques pistes de réponses.

Avec tous nos sens en éveil et notre sensibilité qui guette le moindre soubresaut ou le moindre signal, nous sommes dans l’instant, proposant sans cesse d’entrer en mouvement, prêts à se lancer dans les plus belles aventures humaines et artistiques.

Nous sommes parfois seuls et souvent nombreux, cependant jamais vraiment assez pour réaliser toutes les envies de timbres, de formes et de défrichages, mais déjà trop pour ne pas nous heurter aux règles dictées par le contexte actuel, auquel il est si difficile d’échapper malgré tous nos efforts. Mais nous restons toujours du côté des émotions.

Surtout, nous sommes issus d’autres musiciens ; rêveurs, amis, ils ont été des “passeurs“, des sentinelles émouvantes aux passions restées intactes durant ce long chemin. Par leurs exemples, habités d’espoirs et d’âmes, ils nous tiennent, fiers et guerriers, nous embarquent avec affection et bienveillance et nous montrent simplement la voie. Ils prennent ce temps, amical et puissant, des moments où naissent les rencontres et les musiques. «  Il faut transformer l’enthousiasme en énergie et créativité » Dave Liebman.

Nous devenons un jour ces “autres“ et tenterons d’être à la hauteur de ces ressentis et de ces apprentissages, sans trahir les valeurs fortes et sincères de passion et d’engagement dans cet art si exigeant qu’est la musique.

Cet équilibre fraternel est essentiel et chacun de nous, musiciens ou autres acteurs de notre secteur, porte la responsabilité de ce lieu du passage de relais et doit tenir son rôle en s’attelant à le maintenir vivant. Sans prendre le risque d’opposer ou de mettre en compétition les personnes, mais dans cet équilibre naturel qui fait l’essence même de nos musiques : l’écoute de l’autre.

Jean-Marie MACHADO pour Grands Formats

Nous souhaitons mettre ce mois-ci un coup de projecteur sur deux actualités de la fédération.

Notre “Focus Grands Formats” se déroule cette année le 10 et le 11 novembre prochain à Nevers.
Organisé en partenariat avec le D’Jazz Nevers Festival qui met en place sa 30ème édition, ce moment fort de la fédération s’articule autour d’une table-ronde animée par Arnaud Merlin le jeudi 10 novembre, à 14h30, à la Maison de la Culture de Nevers ainsi que des concerts de deux grandes formations membres de la fédération : Nautilis, dirigé par Christophe Rocher le jeudi soir à 20h30, à la Maison de la Culture puis Acoustic Lousadzak – Claude Tchamitchian Tentet le vendredi soir à 18h30 à l’espace Stéphane Hessel. Deux journées de musique et d’échanges autour de la pratique du jazz et des musiques improvisées en grand ensemble pour lesquelles nous vous attendons nombreux pour débattre, refaire le monde et surtout vibrer au son des grandes formations !

Vous pouvez consulter le programme de ces deux journées ici et nous contacter dès maintenant pour réserver vos places pour la table-ronde du jeudi 10 novembre (entrée libre).

Par ailleurs, les candidatures pour rejoindre Grands Formats en 2017 sont encore ouvertes !
Forte d’un réseau de 43 membres, la fédération accueille chaque année de nouveaux ensembles. Vous êtes un orchestre professionnel ? Vous avez un projet artistique fort, une activité et un rayonnement significatifs ? Vous avez envie de vous engager pour participer à une action collective et défendre le jazz en grand ?

Retrouvez tous les critères et documents à nous envoyer ici et sur le blog de notre site.
Vous pouvez envoyer vos candidatures jusqu’au 27 novembre prochain ; n’hésitez pas à nous contacter pour échanger préalablement avec nous sur ce sujet.

N’hésitez pas à diffuser ces informations autour de vous…tout ça est une aventure collective !

Grands Formats


1 25 26 27 28 29 30
Les articles

Suivez la fédé

© 2015 Grands Formats - tous droits réservés -