Le blog de la fédé

Le Red Desert Orchestra d’Eve Risser invite le Kaladjula Band de Nainy Diabate : “KOGOBA BASIGUI”

La jeune compositrice de jazz contemporain Eve Risser et la diva malienne Naïny Diabaté mêlent leurs orchestres et leurs musiques pour deux concerts à la Nouvelle Scène Nationale de Cergy-Pontoise les 7 et 8 décembre 2018.


Red Desert Orchestra
Eve Risser piano, claviers, flûtesAntonin-Tri Hoang sax alto, clarinette, clarinette basseSakina Abdou sax ténor, sax alto, flûtes à becGrégoire Tirtiaux sax baryton, sax ténorNils Ostendorf trompetteMatthias Müller tromboneFanny Lasfargues basse électro-acoustique, effetsEmmanuel Scarpa batterie, percussionsTatiana Paris guitare.

 

Kaladjula band 
Naïny Diabaté bolon, chantLalla Diallo djembéFatima Maïga guitareBintou Koita dundun, Wassa Kouyaté kora, clavier Oumou Koïta calebasse Benin Coulibaly chant, kamele ngoni.
Sonorisation : Celine Grangey
Lumières : Leslie Desvignes

02 Nov 2018

Édito de novembre

La Rentrée Grands Formats bat son plein après un lancement réussi à Reims à la mi-octobre. Dans le cadre du Reims Sunnyside Festival, en présence de nos amis de France Musique et aux côtés d’un public venu en nombre, près des trois quarts des membres (français) de Grands Formats, chef.fe.s d’orchestre ou administrateurs.trices, étaient présent.e.s pour participer à la rencontre professionnelle, à l’assemblée générale ou pour assister aux trois concerts en grand format co-organisés par notre fédération et Jazz Us.

On l’a constaté à l’AG : la volonté d’avancer ensemble et de s’investir pour le collectif est toujours intacte (cela ne serait-il pas justement ancré dans l’ADN d’une grande formation ?). Et il va en falloir, de l’énergie, pour se faire entendre en tant qu’artiste, face à l’industrie musicale, dans l’économie numérique, dans une politique « culturelle » incertaine…

À tel point qu’avec tous les chantiers qui occupent la fédération ces derniers temps, on en oublierait presque de causer musique ! Entre deux éditos lanceurs d’alerte, entre deux réunions au sein du CA ou des groupes de travail, entre deux rencontres avec les différents acteurs du secteur sur les enjeux qui nous animent et nous inquiètent (les moyens pour la création, les problématiques de diffusion, les questions de mixité et d’égalité, etc…), continuons de nous émerveiller de l’incroyable vivacité artistique des grands ensembles, qui nous émeut à chaque fois qu’on découvre un nouveau groupe ou un nouveau programme.

Malgré des situations de plus en plus précaires, les chef.fe.s d’orchestre et leurs musicien.ne.s continuent sans relâche à imaginer, écrire, arranger, créer, monter, répéter…  Et ce faisant, on se sent plus que jamais membres de cette grande famille de 65 grands ensembles, du jazz sous toutes ses formes, instrumental, vocal, de répertoire revisité, de création, de métissages, de croisements, d’expérimentations, de mélanges de notes et de timbres des plus incongrus aux plus résonants…

Rien que sur le temps de la Rentrée à Reims, avec le Sonart (David Chevallier), l’Orphicube (Alban Darche) et le Collectiv (Franck Tortiller), on a pu s’immerger dans trois univers différents, chacun proposant un rapport singulier entre création et répertoire revisité, réapproprié, transformé. Dans un temple protestant pour le premier, dans une salle de concert pour les deux autres, ces musiques nous ont fait passer par un extraordinaire panel d’émotions, multipliées par la force de la musique « en grand ».

D’ici la fin du mois, ce sont encore une trentaine de concerts d’une quinzaine de grands ensembles que vous pourrez découvrir un peu partout en France. Et ça continuera toute l’année… et encore pour longtemps !

En guise de conclusion, un grand bravo à l’Amazing Keystone Big Band, l’un de nos grands formats les plus actifs, pour son titre de groupe de l’année aux Victoires du Jazz.

 

Camille Durand
Membre du CA de Grands Formats et leader du Wanderlust Orchestra

Danzas “Pictures for Orchestra”

Depuis sa création en 2007, Danzas a joué environ 70 représentations en France mais également en Allemagne et en Belgique. Après Fiesta Nocturna, La Fête à Boby et Lagrima Latina, un quatrième programme a vu le jour fin 2016, Pictures for Orchestra. L’orchestre est invité par le conservatoire de Saint-Dizier et vous donne rendez-vous le mercredi 28 novembre à 19h.

Informations complémentaires

© Christophe Charpentel

Nouvel album « Far East Suite » (d’après Duke Ellington) !

Lauréat des Victoires du Jazz 2017 pour son dernier album « JOY », Pierre Bertrand et Caja Negra proposent un nouveau projet ambitieux : une relecture de la « Far East Suite » de Duke Ellington.

Pierre Bertrand et son groupe Caja Negra se placent sous les signes du voyage et de l’altérité, avec la rencontre de musiciens issus d’esthétiques qui ne se rencontrent habituellement jamais : le jazz et le flamenco. Pour cette « Far East Suite » ils ne joueront ni jazz, ni flamenco mais une musique fusionnelle, née des rencontres et de l’enrichissement mutuel. Pour prolonger le voyage de Caja Negra, Pierre Bertrand a choisi d’explorer les trésors musicaux du Moyen-Orient tout en rendant hommage à un chef d’œuvre du XXème siècle.

Dans l’œuvre originale écrite en 1967 par Duke Ellington et Billy Strayhorn, chaque titre évoque une ville ou un pays du Moyen-Orient traversé lors de leur tournée d’automne 1963, avant que le périple ne soit écourté prématurément avec l’assassinat du président J.F. Kennedy.

Pierre Bertrand intègre les mélodies envoûtantes et sauvages dans une mise en scène orchestrale, contrastée et ultra moderne, associées à une relecture documentée sur les danses et instruments des pays traversés du Moyen-Orient, tout en livrant une vision des plus personnelles.
Face à l’actualité de notre monde contemporain, l’invitation au voyage prend une dimension symbolique : aujourd’hui, aller de Damas à Dakha, en passant par Amman, Beyrouth, Bagdad, ou encore Karachi, serait un voyage impossible…

Retrouvez le répertoire de « Far East Suite » en concert exceptionnel le 8 décembre au Pan Piper (Paris 11ème) !


www.pierrebertrand.com

 

Fougueux et indomptables. Tall Man, Esquif, spectacles de musique.

Novembre verra la sortie de Tall Man, création collective de l’orchestre en forme de concert scénarisé-scénographié, qui mêle paroles et questionnements à de nouvelles compositions, ose une forme de narration et fait corps avec l’univers de la plasticienne Elizabeth Saint-Jalmes. Un endroit où réinventer ensemble un avenir où l’autoritarisme de tous nos « Tall Men » serait en berne, en un temps tout à la fois spectacle, bal, carnaval, et cour des miracles.

Mais avant, revoilà Esquif les 9 et 10 novembre à Sartrouville, pour deux représentations en région parisienne, flirt en équilibre, joué main dans la main avec le cirque Inextrémiste et Tatiana-Mosio Bongonga.

Tall Man, création, du 16 au 22 novembre au Nouveau Théâtre de Montreuil

© Philippe de Jonckheere

Nouveau clip et concert à Paris !

Le Wanderlust Orchestra s’agrandit à 35 musiciens le temps de cette composition inédite d’Ellinoa, “At The World’s End”, œuvre en trois tableaux mise en images par le réalisateur Sylvain Golvet.

L’orchestre sera en concert à Paris le samedi 24 novembre au Jazz Café Montparnasse, et présentera son nouveau disque, sorti en avril dernier (révélation Jazz Magazine, Elu Citizen Jazz…).

Découvrez le clip sans attendre !

www.wanderlust-orchestra.net

Retrouvez « La voix d’Ella », le nouveau conte musical raconté par Vincent Dedienne en livre-cd aux éditions Gautier-Languereau et en CD sur le label Nome ainsi que « We love Ella », hommage à Ella Fitzgerald, la First Lady of Song, magnifiquement chanté par Célia Kameni, en CD et en vinyle sur le label Nome.

Concerts de sortie à Paris, Salle Pleyel les 16 et 17 mars 2019.
Réservations :
La Voix d’Ella
We Love Ella

Dernier “Atomic flonflons” de 2018

« Une nostalgie accordéonnière. Un roulement de tambours à la Luis Prima. Une voix haut posée sur canapé de sax. Une Paloma teutonne. Une java (forcément) canaille. Une clave sud-américaine, une mélodie française fin XIXe, une croonerie du milieu du siècle suivant… Pas moyen d’écouter les douze morceaux du nouvel album de l’Orphicube sans que vos neurones ne se mettent à mouliner pour faire émerger des images. »

Rendez-vous au dernier concert de l’année de l’Orphicube à Nantes le 2 décembre pour ces mots en musique !

 

Last call for Ping Machine

14 années d’existence, 5 beaux disques, une cinquantaine de musiciens, des concerts par centaines et autant de choses à célébrer. Au programme : une compilation very best of et un concert déjà mythique au sein de leur QG parisien, le Studio de l’Ermitage. Des surprises sont évidemment à prévoir.
Un conseil : révisez vos Ping classiques et préparez vos plus beaux pas de danse… Ping Machine a de quoi ravir vos oreilles, définitivement…

Rendez-vous le 29 novembre à 20h30 au Studio de l’Ermitage !

Grands Formats était à la soirée de remise des Victoires du Jazz 2018 et est très heureuse d’y retrouver un grand ensemble lauréat !
The Amazing Keystone Big Band a remporté la Victoire du Jazz dans la catégorie “groupe de l’année”. Un bravo à eux ainsi qu’à l’ensemble des lauréats.

Victoires du jazz 2018 : 
– Artiste de l’année : Laurent de Wilde
– Voix de l’année : Cécile McLorin Salvant
– Groupe de l’année : The Amazing Keystone Big Band
– Artiste qui monte : David Enhco
– Album sensation : “Dadada” de Roberto Negro
– Album Inclassable : “Music is my hope” de Raphaël Imbert
– Victoire d’honneur : Rhoda Scott

Victoires de la profession : 
– Programmateur/programmatrice de l’année : Pierrette Devineau
– Producteur/productrice de spectacles/tourneur de l’année : Marion Piras
– Ingénieur du son de l’année : Philippe Tessier du Cros
– Homme/femme de média de l’année : Nathalie Piolé
– Label de l’année : La Buissonne


1 2 3 4 32
Les articles

Suivez la fédé

© 2015 Grands Formats - tous droits réservés -