Le blog de la fédé

Thierry Maillard Big Band a décidé de rendre hommage dans son prochain album à Franck Zappa avec la sortie de Zappa Forever le 24 avril 2020 en numérique (Ilona Records – l’Autre Distribution). Thierry Maillard Big Band invite à cette occasion 7 invités : Camille Bertault, Stéphane Belmondo, Gilad Hekselman, Rhani Krija, David Linx, Chris Potter et Franck Tortiller.

Thierry Maillard, compositeur, arrangeur et pianiste de cette oeuvre superlative, risque fort de détonner dans le paysage musical.

Rendez-vous le 24 avril sur les plateformes d’écoute pour découvrir Zappa Forever et le 26 juin en concert à la Ferté Jazz Festival (Ferté-sous-Jouarre).

Communiqué de la fédération d’artistes Grands Formats

1 200 artistes, 70 grands ensembles et 15 collectifs en France et en Europe

 

Préconisations pour la survie des équipes artistiques frappées de plein fouet par la crise liée au COVID-19

Le spectacle vivant fait face à une situation inédite, une crise d’une ampleur sans précédent. Les artistes, au cœur de tous les projets qui continuent de s’annuler au fur et à mesure que les jours défilent, tiennent à alerter sur les problématiques auxquelles ils sont confrontés et demandent la mise en place de mesures inédites à tous les échelons du spectacle vivant.

Pour une réponse politique globale

Suite à l’annulation de toutes les représentations sur une période qui ne cesse de s’étendre, la réponse juridique du « cas de force majeure » ne constitue pas une réponse suffisante et satisfaisante. Les artistes demandent à l’Etat et au ministère d’apporter une réponse politique globale pour traiter cette crise en apportant un soutien et des consignes à tous les échelons du spectacle vivant, nécessairement interdépendants : celui des organisateur·rice·s, des producteur·rice·s, des salarié·e·s, permanent·e·s ou intermittent·e·s.

Pour un soutien fort des artistes intermittent·e·s

Les artistes intermittent·e·s demandent à ce que des mesures exceptionnelles soient prises pour le régime des intermittent·e·s du spectacle et ce de façon très urgente pour toutes les personnes dont les droits arrivent à échéance et dont l’indemnisation doit être renouvelée dans les jours et les semaines qui viennent.

Différentes pistes ont été avancées telles que la possibilité d’allonger la période de référence pour le calcul des droits ou encore la possibilité d’inclure les dates annulées dans le décompte des heures. Nous tenons à souligner la fragilité de ces propositions alors même que nous savons que les représentations annulées ne seront pas toutes reportées et que les reports risquent de s’échelonner sur une période très longue, bien au-delà des trois prochains mois à venir. Aussi, la solution qui nous semble la plus sûre et la plus pragmatique est un renouvellement automatique des droits des artistes intermittent·e·s sur la base à minima du taux de l’année précédente, excepté pour les artistes dont il s’agit de la première demande ou qui étaient « sortis » de ce régime l’an dernier.

Pour des versements accélérés des subventions et des aides, dans leur intégralité

Les artistes demandent à ce que les soutiens qui ont déjà été actés avant la crise sanitaire et les mesures de confinement soient notifiés et versés dès que possible, et ce dans leur intégralité, afin de ne pas mettre en danger les structures qui portent les projets (rappelons que les structures que nous représentons ont des budgets annuels extrêmement modestes soit 130 000 euros en moyenne). Dans le même esprit, les artistes demandent à ce que la réserve de précaution du ministère, généralement levée au cours de l’été et versée en fin d’année puisse l’être dès à présent afin de répondre à cette crise sans précédent.

Pour un maintien ou report raisonné des commissions d’attribution

Alors que la possibilité d’un confinement prolongé se dessine, les artistes demandent à leurs partenaires de veiller à tout mettre en œuvre afin que les commissions qui devaient ou doivent se dérouler en mars et en avril soient le plus possible maintenues (SPEDIDAM, ADAMI, MFA, FCM, Bureau Export, SCPP, SPPF…), notamment grâce à l’utilisation des moyens numériques existants qui peuvent permettre les échanges qualitatifs nécessaires.

Dans le cas où le confinement serait levé à la date prévue à ce jour, les artistes demandent à ce que les commissions soient reportées dans un délai court, de moins de deux mois.

Dans le même esprit, les artistes demandent également à ce que, dès que cela est nécessaire, les critères puissent être adaptés en tenant compte des conséquences de la crise (périodes de références nécessaires à allonger dans le cas d’annulations ou de reports, possibilité d’avoir des aides rétroactives afin de ne pas obliger les équipes à annuler à leurs frais les prestations prévues qui ne sont pas toujours affectées par le confinement…).

Pour la mise en place d’un outil d’observation unique

Les artistes demandent enfin à ce que le ministère de la Culture, en lien avec le Centre National de la Musique, mette dès que possible en place un outil unique pour référencer les difficultés rencontrées qui fasse référence pour l’ensemble des professionnels du secteur, à tous les échelons (local, départemental, régional, artistes, producteurs, diffuseurs…). Nous nous inquiétons en effet de voir les sollicitations toujours plus nombreuses que reçoivent les équipes artistiques, déjà largement débordées par les urgences liées aux annulations.

 

Nous remercions l’Etat et le ministère de la Culture de prendre en compte l’urgence de la situation et le besoin de communiquer largement sur les mesures qui seront prises auprès des artistes notamment via les organisations professionnelles, les fédérations et les réseaux qui les représentent.

Nous remercions également tous les partenaires qui sont engagés aux côtés des artistes et qui, nous en sommes certains, sauront être réactifs et compréhensifs pour faire face à cette crise qui aura des conséquences bien au-delà des quelques prochains mois.

Notre fédération, en lien avec les autres réseaux du secteur, pourra être un vecteur d’observation et de préconisation pour cette crise dont les conséquences se font déjà sentir sur les prévisions d’activité 2021.

Nous profitons de ce communiqué pour annoncer l’ouverture d’ici le début de la semaine prochaine d’un espace-ressource collaboratif à l’attention des artistes sur notre site internet (www.grandsformats.com) qui sera mis à jour au fur et à mesure de l’évolution de la situation.

 

Les artistes de la fédération Grands Formats

Le Conseil d’Administration :

Frédéric PALLEM, Président

Alexandre HERER, Vice-Président

Tifenn EZANNO, Trésorière

Arnaud FIÈVRE, Secrétaire

Camille DURAND, Pascal CHARRIER, Frédéric MAURIN, Marie-Edith ROUSSILLON, Sylvain CATHALA, Laurent DEHORS, Christophe ROCHER, Gary BRUNTON, Pierre BERTRAND, Camille JANODET et Alfred VILAYLECK, administrateur·rice·s


Contact :

Aude Chandoné, déléguée générale

aude@grandsformats.com / 06 12 99 47 65

Rendez-vous le 12 mai à partir de 16h pour découvrir la dernière enquête sur la vie des grandes formations membres de Grands Formats

Comme un écho à sa Rentrée, la fédération organise un Focus Grands Formats le 12 mai à partir de 16h à l’occasion du festival du collectif Pégazz & l’Hélicon au New Morning (Paris). Grands Formats vous invite à découvrir les résultats de l’étude bisannuelle sur les grands ensembles de jazz et de musiques improvisées et à poursuivre la soirée en compagnie des groupes Gonam City, Sweet Dog et Les Rugissants.

Plus d’informations seront bientôt disponibles.

La fédération Grands Formats réunit désormais 90 membres en France et en Europe.

Nous sommes heureux d’accueillir cette année 6 nouveaux collectifs d’artistes et 7 nouveaux grands ensembles de jazz et de musiques improvisées dans la fédération. Bienvenue à eux !

La fédération réunissait 57 membres début 2018, puis 84 en 2019, ils sont désormais 90 membres à être rassemblés et représentés par Grands Formats. Près de 1200 artistes, musiciens, musiciennes, sont réuni·e·s au sein de la fédération.

Les nouveaux membres français 2020 sont :

Grands ensembles :

Collectifs :

Evolution des membres Grands Formats 2015 à 2020

Evolution du nombre de membres Grands Formats 2015 à 2020

Fabrice Martinez du Collectif La Boutique prend la direction du projet Twins. Il invite Vincent Peirani à rejoindre les 8 musiciens du Collectif La Boutique pour explorer 25 ans de répertoire. Ensemble, ils en proposent une lecture toute nouvelle et collective. L’orchestre et l’accordéoniste s’invitent mutuellement sur des territoires inexplorés. Le disque Twins sortira le 24 avril 2020 (L’Autre Distribution).

Faites votre réservation pour découvrir Twins le 13 mars à Clichy ICI.

Pour obtenir une invitation professionnelle, contactez valentin@archimusic.com

 

« Sign of the times »

Depuis quelques mois, une série d’évènements est venue casser notre routine de musicien·ne·s, si tant est qu’une telle chose existe : d’abord les grèves des transports en octobre et décembre (sacré défi à relever quand on est à la tête d’un grand ensemble) ; puis ce drôle de virus qui, non content de faire couler plus d’encre que de nez, amène lui aussi son lot de concerts annulés (y compris pour des petites et moyennes salles dans certaines régions) ; enfin, l’entrée dans la fameuse “année des municipales” que les musicien·ne·s connaissent bien de par le vent de frilosité qui souffle sur les collectivités territoriales et provoque toujours un bon creux dans l’activité…

Ainsi, en cet étrange hiver qui n’en est pas un, on se retrouve, un peu plus que d’habitude, à réfléchir à notre routine, nos choix de vie, l’organisation de nos sociétés. Rien que ça…

D’autant qu’il y a aussi eu entre temps les vacances, le retour près de nos proches, loin des villes, la déconnexion… Retrouver ce que certains appellent bizarrement les “plaisirs simples” : les oiseaux qui chantent encore dans les jardins, faire des gaufres, planter des bulbes d’hiver. Beaucoup lire, beaucoup discuter, marcher, penser. Et l’effet “fêtes de famille” : se confronter d’un coup à des opinions si éloignées des nôtres qu’elles nous obligent à revenir à nos fondamentaux, questions si éternelles qu’elles avaient presque disparu.

En tant qu’artiste, quelle est notre place ? Notre rôle ? Notre légitimité à continuer à vivre cette vie, qu’aucuns nous envient (en général sans savoir ce que c’est vraiment…), à se battre pour notre art ?… Alors oui, “c’est la culture qui nous sauvera”, “notre rôle est plus important que jamais” ; c’est sûr qu’on aurait pu être ouvrier sur un chantier d’extraction de pétrole ou travailler dans un abattoir, niveau crise existentielle ça serait le niveau au-dessus. Mais là, écrire et défendre de la musique qui n’atteindra, dans l’absolu, qu’une infime quantité d’oreilles, alors qu’on vit en grande partie d’aides publiques (subventions pour nos structures ou perçues par les salles qui nous embauchent) et des droits perçus via l’intermittence… Vous avez dit “quête de sens” ? Il paraît que c’est le mal du XXIe siècle…

Croyons-nous encore en l’évangile du musicien (qui ressemble à s’y méprendre à du Adam Smith) : « l’élan profondément égoïste et égocentrique qui te pousse à créer alimente le bien commun » ? Le bien commun, patrimoine immatériel, peu écouté ? Et pourquoi faut-il dès lors déployer autant d’énergie et de temps à essayer de se “vendre”, qu’on parle de nous, d’être présent, vu, entendu et aimé par les bonnes personnes sous peine de disparaître… ?

Ces questions résonnent encore plus fort dans un monde où on a de plus en plus le sentiment d’avoir gravement et irréversiblement “merdé” quelque part, mais qu’on n’a jamais appris à vivre autrement que comme ça, à aspirer à autre chose, nos désirs, plaisirs et aspirations ayant été façonnés il y a bien longtemps par ce qui nous entoure, “les médias”, “les cercles sociaux”, etc. Nous voilà face à notre clavier, à nous même, avec le sentiment de faire fausse route, mais d’être contraints de jouer un jeu : la grande comédie humaine 2.0 (très 2010 ce “2.0”, on dit comment maintenant ?)

Et en même temps… tandis que s’effeuillent les courtes journées d’hiver, qu’un rayon de soleil nous surprend enfin entre deux nuages, reprendre des forces… remettre de l’ordre dans sa vie et ses projets et se dire que… Quand même ! Si, tout cela a du sens. Pour les visages de ceux et celles avec qui et pour qui on créé, dans les groupes, dans le public, parmi les amateur·rice·s passionné·e·s petit·e·s et grand·e·s qu’on embarque dans certaines aventures ; pour le tourbillon d’émotions qu’on ressent quand on va voir certains concerts ou qu’on écoute certains disques, et qu’on œuvre à chaque instant à transmettre à notre tour. Pour les mythes qu’il faut, plus que jamais aujourd’hui, réinventer et réécrire, pour réapprendre collectivement à vivre, différemment, avec d’autres repères, d’autres rêves, d’autres aspirations. Il faut être là…

L’envie d’en découdre, les musicien·ne·s l’ont encore, comme en témoigne le nombre toujours croissant de candidatures d’adhésion que l’on reçoit à Grands Formats. On en profite pour souhaiter la bienvenue à ceux et celles qui nous rejoignent ! Les ensembles européens, on vous attend, l’appel à candidatures est ouvert jusqu’au 26 avril !

Ellinoa, directrice artistique du Wanderlust Orchestra et membre du Conseil d’Administration de Grands Formats

Paris, le 10 février 2020

AJC, la FEVIS, France Festivals, Futurs Composés et Grands Formats demandent ensemble une représentation au Conseil professionnel du CNM

Nos fédérations et réseaux nationaux réunissent plus de 700 membres représentant à la fois une grande diversité d’acteur·rice·s et de métiers (artistes, ensembles et collectifs, festivals, lieux de création et de diffusion, producteur·rice·s, labels…) et un large champ musical couvrant les musiques de patrimoine et de création, le jazz, les musiques improvisées et les musiques actuelles.

Réunies autour de valeurs communes, nos cinq organisations ont développé une habitude de travail collectif et élaborent des réflexions en commun. Agissant en complémentarité des organisations syndicales, leurs expertises sont issues de la relation spécifique qu’elles nouent avec leurs membres et s’appuient sur une connaissance fine de leur écosystème.

Nous portons de nombreux objectifs communs à nos métiers et esthétiques : l’intérêt général, la défense et la promotion de la liberté de création, le souci de la transmission, le choix de la coopération, l’attention portée aux questions d’égalité, de diversité et de parité ainsi qu’aux problématiques territoriales.

Au service de ces valeurs, nous mettons en place de nombreuses actions qui s’articulent autour de thématiques partagées :

  • L’observation (études sectorielles, représentation femmes/hommes,  santé des musicien·ne·s, l’empreinte territoriale et sociale des festivals…)
  • La promotion de la circulation des artistes et des œuvres (New Deal, Bien Entendu !, Ffab Nomad, Rentrée Grands Formats…)
  • Le soutien à l’émergence et à l’insertion professionnelle (Jazz Migration, Les RDV de la création, compagnonnage, la Pépinière des festivals…)
  • Le développement des échanges internationaux (réseaux de grands ensembles européens, programmes d’échanges AJC, académies et projets avec Pearle* et EFA, Focus New Music)
  • La mise en place de débats, de conférences et de laboratoires d’idées (Rencontres AJC, New Deal, Accord Majeur, Rencontres France Festivals…)

Notre engagement au service de l’intérêt général et notre expertise collective nous ont conduits à nous impliquer activement dans la co-construction du CNM depuis 2011. Ayant ainsi travaillé avec les architectes de cette « maison commune », nous pensons aujourd’hui pouvoir lui apporter notre expertise, notre diversité et nos compétences et participer activement notamment à la définition de ses modes d’action et de ses dispositifs.

Alors que le Conseil d’administration du CNM a été intégralement pourvu, c’est le Conseil professionnel qui aura la charge de rassembler et ressembler à la diversité des acteur·rice·s qui composent le champ musical en France. Par ce communiqué, nous demandons une représentation de notre union en son sein. Comme cela est détaillé précédemment, nos réseaux sont pluriels ; ils réunissent aussi bien des artistes que des structures du spectacle vivant. Nous sommes donc légitimes à être présent·e·s aussi bien parmi les représentant·e·s d’organisations intervenant dans les domaines de l’écriture, la composition et l’interprétation que parmi les représentant·e·s d’organisations intervenant dans le domaine du spectacle vivant musical et de variétés.

 

Coordination Musique

Paul Fournier – président de France Festivals

Raoul Lay – président de Futurs Composés

Philippe Ochem – président d’AJC

Frédéric Pallem – président de Grands Formats

Jacques Toubon – président de la FEVIS

 

Contacts

AJC, le réseau des diffuseurs de jazz

Antoine Bos, délégué général /  antoinebos(at)ajc-jazz.eu

FEVIS, Fédération des Ensembles Vocaux et Instrumentaux Spécialisés

Louis Presset, délégué général / louis.presset(at)fevis.com

Futurs Composés, le réseau national de la création musicale

Martine Duverger, déléguée générale / martine.duverger(at)futurscomposes.com

France Festivals, fédération des festivals de musique et du spectacle vivant

Alexandra Bobes, directrice / a.bobes(at)francefestivals.com

Grands Formats, fédération d’artistes pour la musique en grande formation

Aude Chandoné, déléguée générale / aude(at)grandsformats.com

 

Lire le communiqué en PDF.

L’Arfi vous donne rendez-vous le 29 février pour des concerts éclectiques et un ping-pong électrique

L’ARFI (Association à la Recherche d’un Folklore Imaginaire), compagnie de musiciens professionnels lyonnais fondée en 1977, invite le bouillonnant collectif francilien COAX pour une soirée évènement le 29 février au Théâtre Berthelot – Jean Guerrin (Montreuil).

Mêlée ? Rencontre ? Croisement ? Combinaison ? Mélange ? Partage ?

Les deux structures proposent 5h de musique concoctée pour l’occasion mettant en scène vingt musicien·ne·s issu·e·s de leurs viviers respectifs. Avec l’improvisation au centre de la question, ce sont de multiples formes orchestrales, du solo au tutti, qui s’enchevêtrent pour une expérience unique. Un marathon musical, puisant sa force dans l’envie de faire ensemble, mettant en valeur la diversité des pratiques et des héritages.

Musicien·ne·s

➜ ARFI :

  • Mélissa Acchiardi (vib)
  • Jean-Paul Autin (sax / clar. b)
  • Olivier Bost (trb),
  • Xavier Garcia (electro)
  • Christophe Gauvert (cb, b)
  • Guillaume Grenard (trp, euph)
  • Christian Rollet (dm)
  • Guy Villerd (sax t)

Guest :

  • Quentin Rollet (sax)
  • Léo Dumont (dm)

➜ COAX :

  • Meryll Ampe (electro)
  • Julien Chamla (dm)
  • Morgane Carnet (sax t, bar)
  • Richard Comte (guit)
  • Simon Henocq (electro)
  • Yann Joussein (dm)
  • Fanny Lasfargues (b)
  • Linda Oláh (voc)
  • Isabel Sörling (voc)
  • Antoine Viard (sax)

 

Informations pratiques

Samedi 29 Février 2020 de 17h à 23h 
17h : Ouverture des portes
18h – 23h : Concerts
20h30 : Tournoi Noise Ping-Pong (qualifications)
22h30 : Finale Ping-Pong Orchestra

Tarif : 12e plein / 8e réduit (Uniquement sur place)

Théâtre municipal Berthelot-Jean Guerrin
6 Rue Marcelin Berthelot
93100 Montreuil
M.9 Croix de Chavaux

Youtube

Petits plats pour grand ensemble : la rencontre de la musique et de la gastronomie

Suite à la sortie de son album Petits Plats pour Grand Ensemble, le Big Band de l’Oeuf sera en résidence au Théâtre de Bourg-en-Bresse fin février afin de créer un projet de grande ampleur. Pour cette création, qui mêlera musique en grand ensemble et gastronomie, le Big Band de l’Oeuf fera appel à Cecile Auxire-Marmouget (mise en scène), Nathalie Perrier (création lumière), Priscille Du Manoir (scénographie), ainsi qu’à un chef étoilé. Ce projet, en représentation publique à partir du 28 février 2020, offrira à l’auditeur la possibilité d’explorer en musique les plaisirs de la table ; chaque morceau se dégustant comme un mets succulent, « servi » le mieux possible, aux oreilles délicates, par un soliste-cuisinier !

Communiqué de presse inter-fédérations et réseaux musiques

Nos organisations, réunies dans un espace de coopération informel basé sur des valeurs communes, des constats, des enjeux et des modes de fonctionnement partagés, souhaitent profiter du temps de rassemblement des BIS de Nantes pour annoncer qu’elles travaillent, ensemble, à l’organisation d’un colloque « Musiques et politique » qui aura lieu au Sénat le 29 mai 2020.

Nos projets s’ancrent dans les valeurs et principes que nous portons au travers de nos actions : liberté de création, diversité (culturelle, des personnes, des genres, des esthétiques, des modèles économiques…), droit des personnes, équité territoriale, primauté de l’art et de la culture.

L’objet de ce colloque est, d’une part, d’offrir un constat global qui est celui d’un temps politique agité, dans lequel nous voyons une remise en cause des politiques publiques telles que nous les entendons, c’est-à-dire orientées dans le sens de l’intérêt général et, d’autre part, d’émettre des propositions, ensemble, pour dépasser ce constat et construire des alternatives.

  • Nous observons un ministère de la Culture qui abandonne peu à peu ses politiques d’intérêt général au profit de logiques purement marchandes.
  • Nous observons un glissement vers une financiarisation accrue de la musique, que nous revendiquons avant tout comme Art.
  • Nous observons un démantèlement systémique du ministère de la Culture, relatif notamment aux orientations voulues par les lois de modernisation de l’action publique (réforme action publique 2022) et par le projet de loi Déconcentration, Décentralisation, Différenciation. Ce démantèlement menace la création et l’équité territoriale et risque d’enclaver les territoires – et donc les acteurs et les personnes – les plus démunis.
  • Nous observons des politiques de l’emploi qui balaient les emplois aidés d’un revers de la main, sans se soucier des conséquences désastreuses que cela occasionne dans les associations, dans les entreprises indépendantes, et qui par ailleurs remettent régulièrement en question le précieux régime de l’intermittence.
  • Nous observons, dans le spectacle vivant et particulièrement dans la musique, des logiques de concentration dangereuses.

Au-delà de ces observations, le temps de l’action est venu.

Nous nous mobilisons, ensemble, pour penser une autre politique pour la musique et plus largement la culture. Nous souhaitons inscrire les politiques culturelles dans des logiques de coopération, de co-construction des politiques publiques, de solidarité, de développement soutenable, dans le respect de l’humain et de la nature…

NOUS VOUS DONNONS RENDEZ-VOUS LE 29 MAI 2020 DE 14h À 17H AU SÉNAT POUR EN DÉBATTRE ENSEMBLE : ÉLUS, ARTISTES, REPRÉSENTANTS DU MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES, SOCIÉTÉS CIVILES, JOURNALISTES, SYNDICATS, PORTEURS DE PROJETS DE TOUTES TAILLES ET DE TOUS TERRITOIRES…

 

Signataires :

AJC – Collectif des diffuseurs jazz et musiques improvisées

ALLUMÉS DU JAZZ – Fédération de labels indépendants jazz et musiques improvisées

COLLECTIF CULTURE BAR-BARS – Fédération nationale des cafés culture

FAMDT – Fédération des acteurs et actrices des musiques et danses traditionnelles

FEDELIMA – Fédération des projets et lieux de musiques actuelles

FERAROCK – Fédération des radios associatives musiques actuelles

FEVIS – Fédération des ensembles vocaux et instrumentaux spécialisés

FNEIJMA – Ecoles d’influence jazz et musiques actuelles

FRACAMA – Fédération régionale des acteurs musiques actuelles Centre-Val de Loire

FRANCE FESTIVALS – Fédération des festivals de musique et du spectacle vivant

FUTURS COMPOSES – Réseau national de la création musicale

GRANDS FORMATS – Fédération nationale des grands ensembles et des collectifs d’artistes de jazz et musiques improvisées

OCTOPUS – Fédération des acteurs musiques actuelles Occitanie

POLCA – Pôle musiques actuelles de Champagne-Ardenne

Radio Campus France – IASTAR – Réseau national des radios jeunes d’initiatives étudiantes en France

RIF – Réseau des musiques actuelles en Île-de-France

RIM – Réseau des Indépendants de la Musique

UFISC – Union fédérale d’intervention des structures culturelles

ZONE FRANCHE – Réseau des musiques du monde

Téléchargez le communiqué en PDF.


1 2 3 4 30
Les articles

Suivez la fédé

© 2015 Grands Formats - tous droits réservés -