Le blog de la fédé

Paris, le 10 février 2020

AJC, la FEVIS, France Festivals, Futurs Composés et Grands Formats demandent ensemble une représentation au Conseil professionnel du CNM

Nos fédérations et réseaux nationaux réunissent plus de 700 membres représentant à la fois une grande diversité d’acteur·rice·s et de métiers (artistes, ensembles et collectifs, festivals, lieux de création et de diffusion, producteur·rice·s, labels…) et un large champ musical couvrant les musiques de patrimoine et de création, le jazz, les musiques improvisées et les musiques actuelles.

Réunies autour de valeurs communes, nos cinq organisations ont développé une habitude de travail collectif et élaborent des réflexions en commun. Agissant en complémentarité des organisations syndicales, leurs expertises sont issues de la relation spécifique qu’elles nouent avec leurs membres et s’appuient sur une connaissance fine de leur écosystème.

Nous portons de nombreux objectifs communs à nos métiers et esthétiques : l’intérêt général, la défense et la promotion de la liberté de création, le souci de la transmission, le choix de la coopération, l’attention portée aux questions d’égalité, de diversité et de parité ainsi qu’aux problématiques territoriales.

Au service de ces valeurs, nous mettons en place de nombreuses actions qui s’articulent autour de thématiques partagées :

  • L’observation (études sectorielles, représentation femmes/hommes,  santé des musicien·ne·s, l’empreinte territoriale et sociale des festivals…)
  • La promotion de la circulation des artistes et des œuvres (New Deal, Bien Entendu !, Ffab Nomad, Rentrée Grands Formats…)
  • Le soutien à l’émergence et à l’insertion professionnelle (Jazz Migration, Les RDV de la création, compagnonnage, la Pépinière des festivals…)
  • Le développement des échanges internationaux (réseaux de grands ensembles européens, programmes d’échanges AJC, académies et projets avec Pearle* et EFA, Focus New Music)
  • La mise en place de débats, de conférences et de laboratoires d’idées (Rencontres AJC, New Deal, Accord Majeur, Rencontres France Festivals…)

Notre engagement au service de l’intérêt général et notre expertise collective nous ont conduits à nous impliquer activement dans la co-construction du CNM depuis 2011. Ayant ainsi travaillé avec les architectes de cette « maison commune », nous pensons aujourd’hui pouvoir lui apporter notre expertise, notre diversité et nos compétences et participer activement notamment à la définition de ses modes d’action et de ses dispositifs.

Alors que le Conseil d’administration du CNM a été intégralement pourvu, c’est le Conseil professionnel qui aura la charge de rassembler et ressembler à la diversité des acteur·rice·s qui composent le champ musical en France. Par ce communiqué, nous demandons une représentation de notre union en son sein. Comme cela est détaillé précédemment, nos réseaux sont pluriels ; ils réunissent aussi bien des artistes que des structures du spectacle vivant. Nous sommes donc légitimes à être présent·e·s aussi bien parmi les représentant·e·s d’organisations intervenant dans les domaines de l’écriture, la composition et l’interprétation que parmi les représentant·e·s d’organisations intervenant dans le domaine du spectacle vivant musical et de variétés.

 

Coordination Musique

Paul Fournier – président de France Festivals

Raoul Lay – président de Futurs Composés

Philippe Ochem – président d’AJC

Frédéric Pallem – président de Grands Formats

Jacques Toubon – président de la FEVIS

 

Contacts

AJC, le réseau des diffuseurs de jazz

Antoine Bos, délégué général /  antoinebos(at)ajc-jazz.eu

FEVIS, Fédération des Ensembles Vocaux et Instrumentaux Spécialisés

Louis Presset, délégué général / louis.presset(at)fevis.com

Futurs Composés, le réseau national de la création musicale

Martine Duverger, déléguée générale / martine.duverger(at)futurscomposes.com

France Festivals, fédération des festivals de musique et du spectacle vivant

Alexandra Bobes, directrice / a.bobes(at)francefestivals.com

Grands Formats, fédération d’artistes pour la musique en grande formation

Aude Chandoné, déléguée générale / aude(at)grandsformats.com

 

Lire le communiqué en PDF.

L’Arfi vous donne rendez-vous le 29 février pour des concerts éclectiques et un ping-pong électrique

L’ARFI (Association à la Recherche d’un Folklore Imaginaire), compagnie de musiciens professionnels lyonnais fondée en 1977, invite le bouillonnant collectif francilien COAX pour une soirée évènement le 29 février au Théâtre Berthelot – Jean Guerrin (Montreuil).

Mêlée ? Rencontre ? Croisement ? Combinaison ? Mélange ? Partage ?

Les deux structures proposent 5h de musique concoctée pour l’occasion mettant en scène vingt musicien·ne·s issu·e·s de leurs viviers respectifs. Avec l’improvisation au centre de la question, ce sont de multiples formes orchestrales, du solo au tutti, qui s’enchevêtrent pour une expérience unique. Un marathon musical, puisant sa force dans l’envie de faire ensemble, mettant en valeur la diversité des pratiques et des héritages.

Musicien·ne·s

➜ ARFI :

  • Mélissa Acchiardi (vib)
  • Jean-Paul Autin (sax / clar. b)
  • Olivier Bost (trb),
  • Xavier Garcia (electro)
  • Christophe Gauvert (cb, b)
  • Guillaume Grenard (trp, euph)
  • Christian Rollet (dm)
  • Guy Villerd (sax t)

Guest :

  • Quentin Rollet (sax)
  • Léo Dumont (dm)

➜ COAX :

  • Meryll Ampe (electro)
  • Julien Chamla (dm)
  • Morgane Carnet (sax t, bar)
  • Richard Comte (guit)
  • Simon Henocq (electro)
  • Yann Joussein (dm)
  • Fanny Lasfargues (b)
  • Linda Oláh (voc)
  • Isabel Sörling (voc)
  • Antoine Viard (sax)

 

Informations pratiques

Samedi 29 Février 2020 de 17h à 23h 
17h : Ouverture des portes
18h – 23h : Concerts
20h30 : Tournoi Noise Ping-Pong (qualifications)
22h30 : Finale Ping-Pong Orchestra

Tarif : 12e plein / 8e réduit (Uniquement sur place)

Théâtre municipal Berthelot-Jean Guerrin
6 Rue Marcelin Berthelot
93100 Montreuil
M.9 Croix de Chavaux

Youtube

Petits plats pour grand ensemble : la rencontre de la musique et de la gastronomie

Suite à la sortie de son album Petits Plats pour Grand Ensemble, le Big Band de l’Oeuf sera en résidence au Théâtre de Bourg-en-Bresse fin février afin de créer un projet de grande ampleur. Pour cette création, qui mêlera musique en grand ensemble et gastronomie, le Big Band de l’Oeuf fera appel à Cecile Auxire-Marmouget (mise en scène), Nathalie Perrier (création lumière), Priscille Du Manoir (scénographie), ainsi qu’à un chef étoilé. Ce projet, en représentation publique à partir du 28 février 2020, offrira à l’auditeur la possibilité d’explorer en musique les plaisirs de la table ; chaque morceau se dégustant comme un mets succulent, « servi » le mieux possible, aux oreilles délicates, par un soliste-cuisinier !

Communiqué de presse inter-fédérations et réseaux musiques

Nos organisations, réunies dans un espace de coopération informel basé sur des valeurs communes, des constats, des enjeux et des modes de fonctionnement partagés, souhaitent profiter du temps de rassemblement des BIS de Nantes pour annoncer qu’elles travaillent, ensemble, à l’organisation d’un colloque « Musiques et politique » qui aura lieu au Sénat le 29 mai 2020.

Nos projets s’ancrent dans les valeurs et principes que nous portons au travers de nos actions : liberté de création, diversité (culturelle, des personnes, des genres, des esthétiques, des modèles économiques…), droit des personnes, équité territoriale, primauté de l’art et de la culture.

L’objet de ce colloque est, d’une part, d’offrir un constat global qui est celui d’un temps politique agité, dans lequel nous voyons une remise en cause des politiques publiques telles que nous les entendons, c’est-à-dire orientées dans le sens de l’intérêt général et, d’autre part, d’émettre des propositions, ensemble, pour dépasser ce constat et construire des alternatives.

  • Nous observons un ministère de la Culture qui abandonne peu à peu ses politiques d’intérêt général au profit de logiques purement marchandes.
  • Nous observons un glissement vers une financiarisation accrue de la musique, que nous revendiquons avant tout comme Art.
  • Nous observons un démantèlement systémique du ministère de la Culture, relatif notamment aux orientations voulues par les lois de modernisation de l’action publique (réforme action publique 2022) et par le projet de loi Déconcentration, Décentralisation, Différenciation. Ce démantèlement menace la création et l’équité territoriale et risque d’enclaver les territoires – et donc les acteurs et les personnes – les plus démunis.
  • Nous observons des politiques de l’emploi qui balaient les emplois aidés d’un revers de la main, sans se soucier des conséquences désastreuses que cela occasionne dans les associations, dans les entreprises indépendantes, et qui par ailleurs remettent régulièrement en question le précieux régime de l’intermittence.
  • Nous observons, dans le spectacle vivant et particulièrement dans la musique, des logiques de concentration dangereuses.

Au-delà de ces observations, le temps de l’action est venu.

Nous nous mobilisons, ensemble, pour penser une autre politique pour la musique et plus largement la culture. Nous souhaitons inscrire les politiques culturelles dans des logiques de coopération, de co-construction des politiques publiques, de solidarité, de développement soutenable, dans le respect de l’humain et de la nature…

NOUS VOUS DONNONS RENDEZ-VOUS LE 29 MAI 2020 DE 14h À 17H AU SÉNAT POUR EN DÉBATTRE ENSEMBLE : ÉLUS, ARTISTES, REPRÉSENTANTS DU MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES, SOCIÉTÉS CIVILES, JOURNALISTES, SYNDICATS, PORTEURS DE PROJETS DE TOUTES TAILLES ET DE TOUS TERRITOIRES…

 

Signataires :

AJC – Collectif des diffuseurs jazz et musiques improvisées

ALLUMÉS DU JAZZ – Fédération de labels indépendants jazz et musiques improvisées

COLLECTIF CULTURE BAR-BARS – Fédération nationale des cafés culture

FAMDT – Fédération des acteurs et actrices des musiques et danses traditionnelles

FEDELIMA – Fédération des projets et lieux de musiques actuelles

FERAROCK – Fédération des radios associatives musiques actuelles

FEVIS – Fédération des ensembles vocaux et instrumentaux spécialisés

FNEIJMA – Ecoles d’influence jazz et musiques actuelles

FRACAMA – Fédération régionale des acteurs musiques actuelles Centre-Val de Loire

FRANCE FESTIVALS – Fédération des festivals de musique et du spectacle vivant

FUTURS COMPOSES – Réseau national de la création musicale

GRANDS FORMATS – Fédération nationale des grands ensembles et des collectifs d’artistes de jazz et musiques improvisées

OCTOPUS – Fédération des acteurs musiques actuelles Occitanie

POLCA – Pôle musiques actuelles de Champagne-Ardenne

Radio Campus France – IASTAR – Réseau national des radios jeunes d’initiatives étudiantes en France

RIF – Réseau des musiques actuelles en Île-de-France

RIM – Réseau des Indépendants de la Musique

UFISC – Union fédérale d’intervention des structures culturelles

ZONE FRANCHE – Réseau des musiques du monde

Téléchargez le communiqué en PDF.

Grands Formats sera aux BIS de Nantes les 22 et 23 janvier prochains.

La place des femmes dans le jazz et les musiques improvisées en question

Rendez-vous le 23 janvier à 16h aux BIS de Nantes pour découvrir les résultats de l’enquête “La représentation femmes-hommes dans le jazz et les musiques improvisées”. Cette étude a révélé de nombreux chiffres marqueurs d’inégalités : seuls 7% des spectacles diffusées dans les scènes jazz et musiques improvisées sont majoritairement féminins, plus de 3/4 des enseignant·e·s sont des hommes…  De quoi débattre et avancer ensemble sur ce sujet !

Découvrez dès à présent les résultats de l’enquête ICI.

Retrouvez Grands Formats au stand n°24

À l’occasion des BIS de Nantes, Grands Formats se réunit un fois de plus avec les réseaux nationaux de la musique : la FEVIS, Futurs Composés, AJC et les Allumés du Jazz. Ainsi, ces réseaux et fédérations seront présents au sein d’un même stand (numéro 24). Venez donc nous rencontrer ! N’hésitez pas à nous contacter afin d’organiser un rendez-vous sur place.

Plus d’informations sur les BIS de Nantes ICI.

Nous vous souhaitons, au nom de la fédération Grands Formats, une excellente année 2020.

La décennie qui s’achève a été marquée par le dynamisme de notre fédération et le très grand nombre de nouveaux membres qui ont souhaité la rejoindre chaque année. Grands Formats est passée en dix ans d’une vingtaine de membres à plus de 80 orchestres et collectifs d’artistes et elle représente aujourd’hui plus de 1200 musicien·ne·s professionnel·le·s en France et en Europe. Elle reste la seule fédération dans notre paysage qui est portée par des artistes, chef·fe·s d’orchestres et compositeur·rice·s.

Nous sommes également tous des artistes-producteur·rice·s. Et ce point est essentiel par rapport à la façon dont nos activités se sont structurées ces dernières années, entre autres en ce qui concerne l’accès aux aides et subventions dont nous bénéficions aujourd’hui directement. Cela a contribué à mettre en place un mode de fonctionnement économique, certes complexe mais vertueux, permettant une grande indépendance artistique et très éloigné du modèle porté par les géants de l’industrie culturelle qui lui repose principalement sur la recherche du profit.

Mais nous devons redire ici que la décennie qui se termine a aussi été très préoccupante pour nos ensembles. Comme le montrent les données que notre fédération a récoltées régulièrement auprès de nos membres ces dernières années, les conditions d’exercice de nos métiers sont beaucoup plus difficiles aujourd’hui : par exemple, le nombre de concerts par orchestre ainsi que le prix de cession moyen ont très fortement baissé en 10 ans. Nous avons également observé que les inégalités ont fortement augmenté entre les ensembles, et que ce sont les programmes de création qui souffrent le plus d’un déficit de diffusion. Nous pointons auprès de nos partenaires ce problème conjoncturel depuis de nombreuses années et il apparaît qu’il existe, aujourd’hui encore plus qu’il y a dix ans, une immense contradiction entre le dynamisme toujours croissant de la création dans notre pays et l’incapacité des réseaux de diffusion à absorber cette création.

Bref, les acquis de ces dernières années sont fragiles.

Cette nouvelle année 2020 sera une année charnière pour notre milieu. Et la décennie qui commence verra se modifier beaucoup des équilibres fragiles qui permettent aux musiques que nous défendons de vivre. Au 1er janvier 2020, le Centre National de la Musique a vu le jour. Cet établissement dont le détail des missions et de la gouvernance reste encore flou (la constitution du Conseil d’Administration a été annoncée mardi, nous attendons encore des précisions concernant le Conseil Professionnel) va à long terme grandement modifier l’économie de notre milieu. Ensuite le projet de loi « 3D » (décentralisation, différenciation et déconcentration) qui doit être présenté au parlement au printemps 2020 va redéfinir profondément le rôle de l’État dans le financement de la culture et fragiliser la DGCA et les DRAC au profit des collectivités territoriales. Les politiques culturelles menées par les régions pèseront de plus en plus dans le financement de la musique.

Contrairement aux annonces pétries de bonnes intentions faites par l’État et par les collectivités, nous voyons aussi l’ensemble de ces changements comme un potentiel danger. L’écosystème, constitué d’un maillage extrêmement complexe et interdépendant, qui permet aujourd’hui l’existence d’une très grande diversité musicale dans notre pays risque d’être gravement mis à mal si nous, les musicien·ne·s, les compositeur·rice·s, les chef·fe·s d’orchestre, ne participons pas plus activement à ces changements. En particulier, les propositions artistiques risquent d’être évaluées non plus sur des éléments artistiques mais soit sur des critères de pure rentabilité économique soit sur des critères servant uniquement l’intérêt des politiques publiques locales.

Grands Formats doit donc plus que jamais contribuer par ses propositions à permettre de sauvegarder un certain nombre de priorités pour les politiques publiques en matière de culture. Car face au rouleau compresseur de l’industrie culturelle, nous devons continuer à agir avec l’ensemble de nos partenaires pour permettre à la diversité que nous représentons d’exister afin de garantir aux publics futurs de pouvoir écouter la création musicale de demain.

Ainsi en 2020, notre fédération est bien nécessaire car ce qui a été construit dans notre secteur depuis vingt ans peut disparaitre demain si, collectivement, nous ne nous mobilisons pas tous.

Frédéric Maurin, directeur artistique de l’Orchestre National de Jazz et membre du Conseil d’Administration de Grands Formats.

Rendez-vous le 31 janvier pour découvrir le Healing Orchestra

Le Healing Orchestra sera en résidence du 23 au 30 janvier 2020 au Théâtre de Cachan pour une nouvelle création et un concert le 31 janvier, en première partie des mentors William Parker et Andrew Cyrille. Le groupe vous prépare le 31 janvier un concert au répertoire exalté et furieux parcourant toutes les formes de jazz, parsemé de riffs Mingussiens, de balade à la Sun Ra, d’hymnes universels, de musique populaire, de transe swing et jubilatoire, aux côtés d’un invité de marque : Sylvain Kassap !

Musicien·ne·s : Paul Wacrenier – piano, vibraphone, kalimba, composition | Fanny Menegoz – flûtes | Sarah Colomb – violon | Xavier Bornens, Leo Jeannet – trompettes | Arnaud Sacase – saxophone alto | Jon Vicuna – saxophone baryton | Jean-François Petitjean – saxophone ténor | Victor Aubert – contrebasse | Mauro Basilio – violoncelle | Benoist Raffin – batterie | Sven Clerx – percussions

Guest : Sylvain Kassap – clarinette, clarinette bass

Site internet

Humming Dogs en concert le 17 janvier à Lille

Né en 2016 à l’initiative de David Bausseron du collectif Muzzix et des comédiens touche-à-tout de la Compagnie de l’Oiseau-Mouche, Humming Dogs propose un avant-rock joyeux oscillant entre free-rock post-kobaïen, improvisations bruitistes, pop song DIY et spoken word déjanté.

Tout est collectif chez Humming Dogs : tant les chansons composées par les huit membres du groupe que les instruments. Guitares, basse, percussions, claviers et Ipad changent de main sur scène au gré des chansons. Et pour ne cesser de vous étonner, ils sont mixés avec des jouets, des pommes de pin amplifiées, des couvercles et autres objets hétéroclites, le tout couplé à un arsenal d’effets.

En janvier, l’ensemble Diagonal enregistre “Back in Tunisia”

L’ensemble Diagonal propose huit ans après la création de “Nights in Tunisia” un volume 2 qui sera enregistré en début d’année 2020. Un programme basé sur les chants traditionnels du Mahgreb, extrêmement coloré, exigeant, plein d’émotions et de partage.

Ce programme sera enregistré par Gilles Olivesi du 13 au 15 janvier au studio Midilive de Villetaneuse, avant que Diagonal vous donne rendez-vous pour un concert au Winter Festival de Berne (Suisse) le 16 janvier !

La FEVIS, Grands Formats, Futurs Composés, l’Association des Scènes Nationales, France Festivals, le REMA, le Bureau Export et l’Institut Français vous invitent à la cinquième édition de New Deal, Rencontres Professionnelles de la Musique.

New Deal est l’événement annuel qui met en relation les programmateur·rice·s et les équipes artistiques dans le champ des musiques de patrimoine, de création, du jazz et des musiques improvisées.

Pour cette 5ème édition, retrouvez les traditionnelles séances de speed-meetings, ciblés et personnalisés, des conférences et ateliers outillants, ainsi que des moments de rencontres informelles.

Le programme New Deal 2020 sera dévoilé prochainement.

Vous pouvez dès à présent réserver ces deux journées !


1 2 3 4 30
Les articles

Suivez la fédé

© 2015 Grands Formats - tous droits réservés -