Duke Orchestra, Laurent Mignard

slider-dukeorchestra

En bref

Chef d’orchestre : Laurent Mignard
Administration : L’agence Musicale
Date de création : 2003
Région : Ile-de-France
Effectif : 16

Concerts

LES MUSICIENS

Didier Desbois, Aurélie Tropez, Fred Couderc, Carl Schlosser, Philippe Chagne : saxophones, clarinettes
Claude Egea, Sylvain Gontard, Jérôme Etcheberry, Richard Blanchet : trompettes
Fidel Fourneyron, Michaël Ballue, Jerry Edwards : Trombones
Philippe Milanta : piano
Bruno Rousselet : contrebasse
Julie Saury : batterie
Laurent Mignard : direction
et des invité(e)s : Nicolle Rochelle, Rhoda Scott, Emmanuel Djob, Pierre Richard, Jean-Jacques Milteau, Jorge Pardo, Myra Maud, Sylvia Howard, Laurence Allison, La Velle, Patrick Bacqueville, Patrick Artero, Irakli …

Contact

L’AGENCE MUSICALE LM
1 rue des avones
77510 Bellot
+33 (0)6 60 28 73 73
Diffusion
Claudette de San Isidoro

c.sanisidoroo@dukeorchestra.com

Actu

Projets disponibles : Ellington Panorama, Ellington French Touch, Battle Royal, Sacred Concert, Duke Ladies, New Orleans Suite, Le monde du Duke, Shakespeare Ellington, Ellington Symphonique

Présentation

Le Duke Orchestra conduit par Laurent Mignard incarne l’œuvre d’un des plus grands créateurs au 20ème siècle, pour le porter à la connaissance de tous les publics (D.N.J).

Depuis 2003, ce grand ensemble que nous envie l’Amérique (Jazz magazine) a su forcer le respect du monde du jazz en Europe grâce à la qualité de son interprétation (AFP) et multiplié les projets originaux : bataille de Big Bands avec celui de Michel Pastre, invitation de Duke Ellington sur scène par la vidéo, mise en scène des Musiques Sacrées, spectacles « Duke Ladies » ou « Multicolored Duke », invitation de personnalités (Rhoda Scott, Jean-Jacques Milteau, Pierre Richard, Victoria Abril, Jorge Pardo …). D’une rare diversité, le répertoire présente les standards incontournables (Take The A Train, Caravan, Satin Doll …) aux côtés de pièces plus ambitieuses et moins connues (Harlem Suite, Tattooed Bride, Far east Suite …), jusqu’à des inédits à partir de manuscrits inachevés.

Inspiré par Ellington bien sûr, mais aussi Ornette Coleman, Don Cherry ou Henri Dutilleux, Laurent Mignard recherche le parfait équilibre des timbres et un swing irréprochable. Et puisque le maestro n’a pas laissé de partitions, il a minutieusement transcrit le répertoire à partir des enregistrements originaux, que sa dream-team de solistes s’est appropriée dans des interprétations à la fois respectueuses et créatives.

Dès le lever de rideau, la salle se sent soulevée par la puissance sonore de l’orchestre, son intense trépidation rythmique. La belle Nicolle Rochelle chante, danse et frétille comme une sirène (Blog de Choc). Galvanisé par un public enthousiaste et complice (Hot Club de France), cette dream-team de solistes nous guide dans un voyage époustouflant sur les terres ellingtoniennes (Jazz News). Laurent Mignard incarne l’esprit d’Ellington dans un corps d’aujourd’hui (Télérama) et le grand Duke est fêté dans toute sa modernité classique (Le Monde). Le frisson, la classe, la joie s’invitent … se réincarnent. Le public est au comble du plaisir, comme chauffé à blanc (Libération). On sort de là dépeigné (Jazz Magazine) … porteur d’un nouveau sésame pour entrer dans l’univers du jazz.

Soutiens

L’Agence Musicale, Spedidam, Adami, La Maison du Duke, l’Agence Musicale, Institut des Métiers de la Musique, SCPP, Juste une trace, Columbia-Sony Music

pas de player disponible actuellement

© 2015 Grands Formats - tous droits réservés -